Un cinéma poétique

La semaine dernière c’était week-end culturel en perspective. On s’est dit, avec mon cher et tendre, qu’une petite exposition serait la bienvenue pour réveiller nos cerveaux embués par la pollution télévisuelle.

D’un pas décidé nous nous sommes dirigés vers le musée du quai Branly lorsque nous sommes tombés dans un cortège de seniors, de catholiques et d’enfants déguisés criant des slogans affligeants du type : «  la France a besoin d’enfants, pas d’homosexuels ». Pas de doute, nous étions piégés au cœur de la Manif pour tous. Mais comment peut-on oser dire ce genre de choses à notre époque et dans un pays comme le notre ? À l’entente de ces mots puants et honteux nous avons décidé de fuir vers un coin plus calme.

Et c’est là que nos pas nous menèrent vers un petit cinéma de quartier du 7e arrondissement tout près des Invalides. Jusque là, rien d’original sauf que celui-ci est classé monument historique depuis 1990. Ce cinéma d’art et d’essai est une pagode installée dans un véritable jardin japonais. Frayez-vous un chemin parmi les bambous qui encerclent le cinéma et installez-vous à l’une des tables pour boire un thé avant votre film. Vous pourrez ainsi en profiter pour vous relaxer et admirer l’architecture et les sculptures. C’est une véritable parenthèse enchantée, une petite enclave poétique bien à l’abri de la frénésie urbaine.

Un lieu d’autant plus surprenant lorsque l’on découvre que la salle principale (il y en a deux) est située dans la pagode elle-même. Pour la petite histoire, cet endroit qui date du 19e siècle, était à l ‘origine une salle de bal commanditée par monsieur Morin, directeur du Bon Marché, qui voulait en faire cadeau à son épouse. Dans les années 30, elle fut transformée en salle de cinéma diffusant des films d’auteurs. Aujourd’hui, vous pouvez vous y rendre pour découvrir les derniers chefs-d’œuvre de Woody Allen et de Pedro Almodovar tout en contemplant les fresques et les dorures exceptionnelles de cet endroit. Un endroit atypique, coupé du monde, à découvrir absolument.

Pagode

 

Pagode

 

Pagode


2

Pourquoi les séniors sont-ils aussi méchants ?

Pourquoi sont-ils aussi méchants ?

C’est la question que je me pose dès que je suis en présence de personnes âgées.

J’en conviens, ils ne sont pas tous méchants, mais je dirais plutôt exigeants, autoritaires et vindicatifs. Et surtout ils n’en font qu’à leur tête. J’avoue ne pas les comprendre tant ils font, la plupart du temps, tout à l’envers.

une-grande-interprete-qui-avait-eu-la-chance-d-etre-remarquee-par-eugene-ionesco-photo-dr

Par exemple: n’avez-vous jamais croisé, au petit matin en allant travailler, une espèce de « Tatie Danielle » qui déambule avec son fichu sur la tête et son chariot à roulettes ? Il fait 2°C dehors, le vent s’engouffre dans les manteaux, et pourtant elle se rend au marché à 7h30 du matin, heure à laquelle les étals des fruits et légumes ne sont même pas encore installés. Mais pourquoi sort-elle si tôt de son domicile alors qu’elle pourrait se reposer et faire la grasse matinée ? Maintenant qu’elle est à la retraite, elle préfère se lever aux aurores, autrement dit entre 6h et 7h du matin. À part encombrer les bus si tôt et enquiquiner les mecs du marché, cela n’embête personne… sauf lorsqu’elle réitère ce petit rituel chez nous. Bien évidemment elle ne va pas changer ses habitudes lorsqu’elle vient nous voir mais on doit bien avouer que c’est loin de nous satisfaire car certaines vont même jusqu’à claquer les portes pour nous réveiller si nous ne sommes pas levés au moment voulu. On ne compte même pas le nombre d’allers retours effectués en pleine nuit pour cause d’incontinence et les va-et-vient pour boire un peu d’eau. C’est un cercle vicieux qui se joue entre la cuisine et les toilettes destiné à plomber notre sommeil. Au petit matin ce sont les bruits incessants de la canne et des vieux pas tournant en rond qui se font entendre. Décidément, c’est un vrai bonheur d’accueillir nos ancêtres.

D’ailleurs, avez-vous remarqué qu’ils nous imposent leurs règles dans notre propre maison ? Pour commencer, les lumières doivent êtres constamment éteintes pour faire des économies et la télévision ne doit en aucun cas être allumée si nous ne sommes pas devant. Si nous faisons la sieste ou que nous sommes dans la cuisine, le petit vieux qui squatte va passer derrière nous pour tout éteindre en grommelant « mais pourquoi tu l’allumes si tu ne regardes pas ? Et bien sans doute pour oublier que tu es là ! » Cependant, lorsque la télévision est en marche, elle doit afficher leurs programmes favoris comme Question pour un champion, Des chiffres et des lettres et Les feux de l’amour sans oublier le journal de France 3 pour les informations régionales. Je ne parle même pas du tour de France pour les papis qui le regardent en faisant leur canevas. Bien évidemment lorsqu’ils sont présents dans notre petit chez nous, il faut aussi aménager notre intérieur avec des nouveaux équipements : rock in chair (fauteuil à bascule), pot de chambre puant à vider tous les matins pour les plus feignants, bocal insalubre pour le dentier, couches pour les fuites, bassine et gant de toilette pour qu’ils puissent se laver (oui, la douche ne semble plus être leur priorité). Bref, devenir vieux n’est pas une partie de plaisir pour les principaux concernés. Et ça ne l’est pas non plus pour leurs proches. Je ne parlerai même pas de l’effluve pestilentielle qu’ils laissent traîner derrière eux. Elle ressemble, à s’y méprendre, à un vieux livre qui n’aurait pas été ouvert depuis quelques années. L’humidité mélangée à l’odeur de transpiration des aisselles et à l’eau de Cologne bon marché… je ne vous raconte pas les dégâts pour mon sens olfactif.

J’abordais plus haut la retraite mais force est de constater que depuis qu’ils y sont, ils n’ont le temps pour rien ni pour personne. Pourtant, nous, nous devrions en avoir à leur consacrer. Pas plus tard qu’hier, un vieux a reproché à mon petit ami, sur un ton excédé et désinvolte, de ne pas l’avoir rappelé. « Oh mille excuses très cher, il travaille dans la restauration et termine tous les jours à 1h du matin, mais promis, il pensera à prendre un RTT pour vous contacter ! Vous le croisez tous les jours dans l’immeuble lorsqu’il passe devant votre appartement mais vous n’êtes pas fichu de l’intercepter. » C’est souvent comme ça avec les personnes âgées : c’est quand elles veulent et où elles veulent. Si vous ne respectez pas leurs volontés, vous êtes certain(e)s d’en entendre parler : « alors tu étais où ? Tu devais m’appeler ? J’ai attendu toute la journée ». Ils vont ensuite simuler des trémolos dans la voix et nous faire culpabiliser. Aux traditionnelles questions « comment allez-vous aujourd’hui » et « quoi de neuf », elles répondent pourtant « comme d’habitude… on fait aller », « rien, qu’est-ce que tu veux que je fasse ». C’est vrai qu’on a hâte d’appeler lorsqu’on a ce genre conversation. C’est d’un palpitant, que j’en suis toute émoustillée !

Mais les personnes âgées aiment aussi, semblent-ils, nous emmerder la vie en plus de nous empêcher de dormir. Pourquoi est-ce qu’elles s’évertuent, par exemple, à faire leurs courses le week-end ? Elles ont toute la semaine pour faire leurs emplettes mais c’est pourtant le samedi qu’on les retrouve, dès 9h du matin, bien accrochées à leur caddie devant les entrées des supermarchés. On dirait des morts vivants prêts à se ruer sur un bout de viande alors qu’ils attendent seulement l’ouverture. Ces petits vieux trépignent d’impatience comme si leur vie en dépendait (enfin ce qu’il en reste). Pourtant c’est le seul jour où les personnes qui travaillent peuvent faire le plein mais peu leur importe. C’est avec leur cabas et leur canne qu’ils avancent comme des crabes au milieu des rayons et qu’ils allongent les files d’attente aux caisses. Certains petits vieux vont même jusqu’à doubler impunément les jeunes pour payer plus vite, et tout cela sans demander. « Non mais papi tu t’es cru où ? Tu n’es pas un privilégié parce que tu es vouté comme un bossu, sans dents et avec le pénis flasque. Fais la queue comme toute le monde. »  J’ai, moi-même, ma chère grand-mère qui joue les têtes à claques en répétant chaque samedi le même cirque et lorsque je lui demande pourquoi elle y va le week-end, sa réponse est édifiante : » parce que j’ai des tas de choses à faire la semaine ! » Mais bordel, tu es à la retraite alors cesse de faire chier les gens ! Arrête de traîner ta carcasse boiteuse au milieu des lessives et des packs d’eaux que tu n’arrives même pas à porter et fais toi livrer ! Alors il paraîtrait que le 3e âge fait ça pour voir du monde. Moi je propose de créer un supermarché spécial seniors comme ça tout le monde sera d’accord. À méditer.

Chanel-fashion-week-supermarche-piwee-12

Dans le même genre, pourquoi est-ce qu’on retrouve les petites mamies dans le bus à l’heure de pointe lorsque tout le monde rentre du travail ? Elles sont là, assissent, à épier sous leurs verres triple foyer les gens exténués qui tentent de rentrer chez eux en se faisant une petite place parmi la foule. Elles ne laisseraient même pas leur siège aux femmes enceintes ou aux mamans avec leurs enfants en bas âge. Comme si leur place leur était due. Même chose dans le métro. Ce sont les jeunes qui laissent leur place aux anciens. En revanche, ne vous attendez pas à ce que eux se lèvent des strapontins lorsque tout le monde s’entasse dans le wagon. Non ils restent bien sagement assis et nous laissent la joue collée contre les fenêtres crasseuses. Mais qu’est-ce qu’elles peuvent bien faire à 20h dans les transports en commun ? Elles ont toute la journée mais pourtant elles décident de sortir de leur antre en fin de journée, telles des chauves-souris qui attendent patiemment la nuit noire. Si cela ne tenait qu’à moi, je ferai voter une loi pour que les squelettes en devenir ne puissent sortir que pendant les heures creuses. Après tout, tout le monde y gagnerait.

Par ailleurs, n’avez vous pas observé que les personnes âgées ressentaient le besoin viscérale de râler ? Elles ont tellement de temps à perdre entre le tricot et Derrick qu’elles pimentent leur quotidien en rouspétant et en faisant des caprices. « Non, je n’aime pas le poisson. Pourquoi tu as pris cette marque de riz, je n’en veux pas. J’aurai préféré aller chez Damart que chez C&A ». Elles sont tout le temps en train de se plaindre. Mais en plus elles sont aussi impolies. Je me souviens que lorsque j’étais hôtesse de caisse (terme plus pompeux que caissière, vous en conviendrez), j’ai répondu à la demande d’une vieille femme en lui précisant que les mots « merci » et « s’il-vous-plait » auraient été appréciés. Elle m’a ainsi répondu « j’ai 70 ans, j’ai passé l’âge d’avoir du respect ». Mais être vieille ne justifie pas d’être impolie lui ais-je rétorqué. Décidément, les caniches et le 3ème âge sont tout aussi hargneux.

Mais les séniors ont aussi la science infuse. Ils savent tout et surtout se mêlent de tout : « mais pourquoi n’as-tu pas encore d’enfants à ton âge ? », « pourquoi est-ce que ce n’est pas toi qui fais la cuisine mais ton mari ? », « tu ne devrais pas utiliser cette marque d’assouplissant, celle que j’utilise rend les vêtements beaucoup plus doux contrairement à la tienne. » Sachez-le, les personnes âgées font tout, et beaucoup mieux que les autres; Elles se sentent toujours obligées de mettre leur grain de sel partout et de donner leur avis sur tout. Ma grand-mère répète souvent, « à mon époque, c’était différent ». Justement, si tu en as conscience, arrête de rabâcher ! Tu n’as jamais travaillé et tout ce que tu as fait c’est pondre deux mômes alors cesse de donner des leçons, toi la petite ménagère des années 50.

On a tendance à dire que la vieillesse, c’est la sagesse. Vous m’en direz tant.
Pour citer ma grand-mère qui citait elle-même Coluche :  « les vieux sont tous des cons, on devrait les tuer à la naissance » !


2

Talent suédois

Jeudi, octobre 2, 2014 , , 1

Partons à la découverte d’une jeune chanteuse suédoise dont le 1er album « Queen of the coulds » vient de sortir. Son nom ne vous dit peut-être rien, pourtant, Tove Lo a cartonné cet été avec le titre « Habits ». Il s’agissait du premier extrait de son EP « Stay High » disponible sur les plateformes de téléchargement depuis mars 2014. Écoutez les titres électro pop de cette artiste d’à peine 27 ans, originaire de Stockholm, qui parle, sans détours, de sexe, d’amour et de douleur. Un talent à l’état brut qu’il ne faut surtout pas perdre de vue.

 


1

L’ange gardien des soirées alcoolisées

Vous sortez beaucoup ? Vous aimez boire un petit verre, puis deux, puis trois en fumant cigarette sur cigarette ? Ok donc je parie que vous avez plus d’une fois terminé rond comme une queue de pelle en quittant une soirée.

Comme moi vous avez sûrement, suite à un taux d’alcoolémie assez élevé, trébuché lorsque votre pied gauche a écrasé votre pied droit, vomi sur un tapis chez quelqu’un que vous ne connaissiez pas ou foncé dans un rétroviseur d’une voiture pourtant à l’arrêt.

Drunk Mode

Mais malgré tout ces petits faux pas, vous êtes parvenus à vous relevez et à reprendre le cours de votre vie dès le lendemain comme si rien ne s’était passé. Seule la gueule de bois témoignait de votre soirée !

1

Oui mais voilà, bien souvent ça ne se passe pas aussi bien, surtout lorsque vous avez votre portable dans une main et votre bière dans l’autre. C’est bien connu, alcool et smartphone ne font pas bon ménage. La preuve ? Il est midi (et encore je suis gentille) et vous émergez de votre folle soirée. Vous découvrez le seau posé par précaution à côté du lit en rentrant. Manque de bol vous l’avez raté, comme en témoigne les morceaux d’aliments ingurgités la veille qui tapissent le parquet. Vous trouvez ensuite une bouteille d’eau à côté d’une boite de Doliprane près de votre visage. La bonne idée pour éviter les mots de tête.

Drunk Mode

En voyant tout cela vous vous félicitez d’avoir autant anticipé les effets de la murge mais tout d’un coup vous écarquillez les yeux car des flash back de la veille mitraillent votre tête. Vous vous revoyez en train de sourire et de rire comme une gamine en tapotant sur votre téléphone. Mon Dieu mais qu’est-ce que vous avez bien pu écrire et surtout à qui ?

promis-j-arrete

Vous farfouillez dans votre sac en jetant tout ce qui fait obstacle à votre recherche et là, enfin, vous retrouvez, avec un soupir de soulagement, votre bon vieil ami.

Vous visionnez les centaines de photos prises avec des inconnus et les positions plus que douteuses que vous avez cru bon d’adopter sur ces clichés.

article_typologiebourresoirée_542x276

Ensuite, par curiosité, et surtout pour vous rassurez, vous allez lire vos SMS.
Et là, vous vous y reprenez à deux fois avant de réaliser ce que vous lisez. Vous découvrez des messages honteux envoyés à votre ex ou à un mec que vous convoitez. Il y a même des messages gnangnan destinés à votre ancienne meilleure amie qui n’a même pas pris la peine de vous répondre. Vous ne vous souvenez plus de les avoir envoyés mais pourtant ils sont bien là et c’est avec stupeur que vous les lisez. Honte et colère se mélangent, surtout que ce n’est pas la première fois que cela vous arrive.

Pour ne plus vous retrouvez dans cette situation, aussi désastreuse, je n’aurai qu’une seule chose à vous conseiller : téléchargez l’application Drunk Mode. Il faut se rendre à l’évidence, c’est la seule solution puisque confier son portable à des amis ne sert strictement à rien. Ils vont vous le redonner dès le deuxième verre ou pire, envoyer les messages à votre place !

sachez que cette application était auparavant disponible sur iPhone jailbreaké mais aujourd’hui il est possible de la télécharger gratuitement dans l’App store. Une fois activée, vous devez sélectionner les contacts susceptibles de recevoir vos messages de loque totalement ivre. L’application va alors cacher votre liste de contacts pendant 12 heures maximum. À vous de choisir la durée. Si malgré tout vous essayez d’envoyer des textos aux personnes sélectionnées, le message « rentre chez toi, tu es bourré » s’affichera aussitôt sur votre écran. Vous savez quoi faire avant votre prochaine soirée !


2

Le chocolat suspend son vol

Connaissez-vous le collectif NAM ? Il s’agit d’une dizaine d’artistes japonais rassemblés au sein d’une équipe talentueuse. Tous sont liés par une leur amour du surréalisme. Ce collectif, fondé à Tokyo en 2006 par Takayuki Nakazawa, graphiste, et Hiroshi Manaka, photographe, réunit aujourd’hui des poètes doués et créatifs dont les travaux surréalistes sont mis en scène de façon originale et esthétique. Les éléments de chaque photo, issue de la thématique « A Fantasy in Life », sont suspendus pour un rendu acrobatique époustouflant. Surtout lorsque l’on sait que la scène n’est réalisée sans aucun montage Photoshop ! Admirez cette série appelée « quand le chocolat défie la gravité ».

NAM

NAM

NAM

NAM

NAM


1

Culture urbaine & street food

Si vous n’avez pas encore de plan pour demain, sortez faire un tour à l’heure du déjeuner. Laissez vos pas vous mener vers Le Carreau du Temple, le nouveau lieu à la mode du 3e arrondissement. Ce week-end, cet endroit se transforme en temple de la street food, autrement dit de la cuisine de rue. La promenade gustative qui vous attend va faire saliver vos papilles ! Baladez-vous au milieu des food-trucks rassemblés pour l’occasion, participez à l’un des barbecues géants, goûtez aux cocktails expérimentaux du bar, découvrez les installations insolites ou installez-vous tout simplement aux tables géantes situées dans les Halles. Celles-ci accueillent gratuitement les visiteurs pour déguster, dans une ambiance de franche camaraderie, de délicieux mets et de savoureuses boissons. Le parrain de cet événement n’est autre que le célèbre chef Thierry Marx qui a prévu de concocter de bons petits plats sous vos yeux ébahis.

Mais bien plus qu’un événement culinaire, ce rendez-vous est aussi un festival urbain où l’on parle musique, sport et culture.

En effet, une exposition qui se nomme « Ma cantine en ville » y est organisée, tout comme des ateliers de street food, des cours de sport, des sets de DJ et des projections. Plus de 600 photos et bandes sonores de films et concerts seront diffusées en partenariat avec le festival Kiosquorama.

Rendez-vous sur le site pour connaitre le programme !

 


0

Karl Daily

Mercredi, septembre 17, 2014 , 0

Le Kaiser de la mode profite de ce mois consacré aux défilés pour lancer son propre journal. “The Karl Daily” sortira gratuitement ce samedi 20 septembre dans 7 villes du monde (Amsterdam, Paris, Munich, Anvers, Londres, Zurich, Berlin) et sera distribué, mais seulement pendant quelques heures, dans les quartiers où sont situées les boutiques de Lagerfeld. Dans la capitale, rendez-vous vers Saint Germain, rue Vieille du Temple, Marbeuf et les Galeries Lafayette.

Ce premier numéro (en priant pour qu’un second voit le jour la saison prochaine) sera centré sur son personnage et son univers. On pourra y lire des exclusivités consacrées à ses prochaines collections, découvrir des nouveautés sur la marque, des interviews, des photos de street style et même une BD mettant en scène son entourage professionnel, le tout traité avec un ton décalé, propre à l’artiste. Même son chat, Choupette, prend la parole et se voit attribuer, avec impertinence et humour, un billet d’humeur.

Attention, un numéro sur sept, distribué ce jour-là, cache un coupon gagnant. Si vous le découvrez, un cadeau mystère vous attend en boutique. Un jeu concours est également organisé sur le site www.karl.com. Les internautes sont appelés à remplir les bulles de la BD pour la personnaliser. La création la plus originale remportera un bon cadeau.

Enfin, sachez que « The Karl Daily » est multilingue (anglais/français et anglais/allemand), disponible en version digitale sur le site, et dès le 23 septembre en boutiques ainsi que dans une sélection de magasins, d’hôtels et de lieux encore tenus secrets.


0

Contact Form Powered By : XYZScripts.com